S’exprimer autrement que par des mots…

“L’art donne la possibilité à l’individu de s’exprimer autrement que par des mots. Il permet de créer des images, des univers, des concepts. Le processus créatif permet cette traversée menant à l’émergence d’une production artistique. Ce n’est pas la valeur esthétique d’une production ou de l’excellence qui importe, mais le processus même de sa réalisation.
Le processus créatif est cette faculté de l’individu à imaginer, construire, élaborer une idée, une œuvre, un objet, un scénario. La créativité réside dans la capacité de se servir des choses, des idées et des situations existantes et d’en faire une association originale.
L’acte créatif est aussi et surtout la capacité à utiliser des éléments qui surgissent alors qu’on cherchait autre chose, dans la faculté de s’emparer des accidents, des imprévus, d’accepter le décalage entre ce que l’on avait imaginé et ce qui se matérialise sous nos yeux. Le travail de création change, modifie ou transforme la perception que l’on a de son environnement et de son propre monde intérieur. La médiation artistique utilisée favorise un processus de créativité et permet au patient de s’immerger dans une expérience à l’issue de laquelle il sera « transformé ».
L’art-thérapie ne vise pas à la levée d’un refoulement de représentations refoulées ou à l’expression de conflits inconscients susceptibles d’être interprétés.
Elle cherche à encourager la survenue d’un processus créatif en tant que fin en soi. L’objet créé est évidemment connoté de significations subjectives conscientes ou inconscientes. Il peut être une représentation dérivée de l’image du corps. Mais ces dimensions relèvent de la psychothérapie et non de l’art-thérapie. En art-thérapie, l’effet thérapeutique recherché est la catharsis propre à l’acte créatif, pour lui-même et en dehors de toute analyse psychodynamique ou sémiotique. Les deux approches, art-thérapie et psychothérapie, sont distinctes mais complémentaires.
L’art-thérapeute aide le patient à créer, sans interprétation. Le rôle de l’art-thérapeute est de l’aider à aller jusqu’au bout de son processus créatif. Savoir être présent, savoir se tenir à distance, savoir encourager, intervenir au besoin. Savoir conseiller, savoir protéger le patient contre d’éventuels dangers qui peuvent survenir lorsque quelque chose qui n’était pas prévu, pas pensé, émerge brusquement. L’art-thérapeute doit non seulement maîtriser les outils et le langage artistique mais doit également impérativement avoir des connaissances dans le domaine psychothérapique. Ce bagage théorique lui permet d’être vigilant à ses propres réactions, à ses propres désirs, lui évitant ainsi d’être trop interventionniste et d’orienter le travail d’un patient selon ses propres désirs.»

cairn info

L’enfant roi : un petit tyran en grande souffrance… Il ne supporte pas la contradiction, impose ses volontés jusqu’à la violence. Pourtant, l’enfant roi est avant tout une victime.

Lire la suite